Aller au contenu


Neuromancien

Inscrit(e) : 11 avril 2008
Hors-ligne Dernière activité : Aujourd'hui, 19:01

Messages que j'ai posté

Dans le sujet : Le Topic Environnement

Aujourd'hui, 11:01

La naïveté française : https://www.lopinion...-mondial-193390

 

 

Qu Dongyu a été élu le 23 juin à tête de la FAO, l’organisation de l’ONU dédiée à l’agriculture et à l’alimentation. Le candidat chinois a battu dès le premier tour la Française Catherine Geslain-Lanéelle, soutenue par l’Europe. En exclusivité, l’Opinion fait le récit d’une impitoyable campagne chinoise émaillée de coups tordus.

 

 

 

La DGSI (renseignements intérieurs) intervient pour « dépoussiérer » le matériel informatique, c’est-à-dire l’analyser. Le 8 avril, quatre jours avant l’audition des candidats à la FAO, ses équipes donnent la confirmation que la boîte mail de la candidate, une adresse officielle en .gouv.fr, rattachée au ministère de l’Agriculture qui l’héberge, a été lue par des yeux extérieurs. Les contacts entre Catherine Geslain-Lanéelle et son équipe ont été espionnés. Par qui ? Les services français ont leur petite idée...

Plus grave : les échanges avec l’Elysée, le Quai d’Orsay, la diplomatie européenne, la FAO ont aussi été épluchés. Programmes, rendez-vous, discussions stratégiques, discours… Tout a fuité. C’est le Quai d’Orsay qui s’est chargé début avril, de doter Catherine Geslain-Lanéelle de matériel crypté et d’un accès à un réseau sécurisé. La méfiance gagne l’équipe qui décide alors seulement de se servir d’ordinateurs hors réseau et de clés USB pour échanger sur les sujets sensibles.

Dans le sujet : Le Topic Environnement

Aujourd'hui, 10:51

Ça m'a toujours émerveillé, leur système de distribution matinale, sincèrement. Avec des bouteilles en verre.

 

 

Aaaah les bouteilles de lait en verre des britanniques. Il y a une jolie histoire de bouteilles de lait, de mésanges et de transmission du savoir ici : http://www.pedigreea...rwin120512.html

 

L’une des premières études les plus célèbres qui ait posé la question de l’existence possible de cette forme particulière d’apprentissage social, dans le monde animal, a été publiée, il y a plus d’un demi-siècle, en 1949 par James Fisher et Robert Hinde dans la revue British Birds.  Fisher et Hinde s’intéressaient à un phénomène qui avait été observé à travers toute la Grande-Bretagne.  Un phénomène nouveau, spectaculaire, et considéré par beaucoup comme très gênant.

À partir des années 1920, le lait commence à être vendu dans des bouteilles scellées par des capsules en carton ou en métal et chaque matin, au lever du jour, les bouteilles de lait sont distribuées par le laitier devant la porte des maisons de tous les habitants qui se sont abonnés à ce mode d’achat du lait.  Mais de plus en plus souvent, quand les personnes se lèvent pour aller prendre leur bouteille de lait devant leur porte, elles s’aperçoivent que les capsules sont déchirées, que le lait est déjà entamé et qu’en particulier, la couche de crème à la surface a disparu.  Cette couche de crème utilisée par beaucoup d’entre elles, pour ajouter à leur thé, le très fameux nuage de lait.  Des voleurs furent pris sur le fait.  La première trace écrite d’une identification de ces voleurs du petit matin date de 1921.  Dans le village de Swaythling, dans les collines qui surplombent la mer, près du port de Southampton, au sud de l’Angleterre.  Les voleurs de lait étaient des oiseaux, des mésanges.  Des mésanges charbonnières, et des mésanges bleues, ces mésanges multicolores avec leur couvre-chef bleu, leur plastron de plumes jaunes, leurs faces blanches et masques noirs sur les yeux.  En une vingtaine d’années, le vol de lait au petit matin s’était propagé à travers toute l’Angleterre et dans une grande partie du Pays de Galles, de l’Ecosse et de l’Irlande.

En mars 1950, la revue Nature rend compte de la publication de Fisher et Hinde et résume les différentes techniques de vol qu’ils ont décrites dans leur étude.

Les bouteilles de lait sont habituellement attaquées quelques minutes après que le laitier les ait déposées sur le pas de la porte.  Mais certains rapports signalent que des groupes de mésanges suivent à distance la tournée du laitier, et qu’au moment où le laitier va déposer quelques bouteilles sur le perron des maisons, les mésanges se précipitent sur le chariot pour ouvrir toutes les bouteilles.  Les méthodes utilisées par les mésanges pour ouvrir les bouteilles varient, poursuit le commentaire.  Habituellement l’oiseau fait d’abord plusieurs trous dans la capsule en la martelant de coups de bec.  Puis retire le reste de la capsule de métal par fines lamelles.  Parfois il retire toute la capsule.  Et parfois, il ne fait qu’un petit trou.  Les registres indiquent qu’un même individu peut utiliser plus d’une méthode.  Les bouteilles contenant du lait à différentes teneurs en gras, sont distinguées par des capsules de couleurs différentes.  Pas moins de dix-huit personnes à qui étaient livrés différents types de laits ont rapporté que les mésanges n’attaquaient que les bouteilles portant une certaine couleur de capsule.  Et les observations ultérieures confirmeront que c’est la crème que recherchent les mésanges.  Elles ont une nette prédilection pour les bouteilles dont les capsules signalent la présence de lait non écrémé.

La propagation de ce comportement des mésanges à travers tout le pays pose des problèmes intéressants, note la revue Nature.  Dans quelle mesure les oiseaux ont-ils appris ce comportement les uns des autres ?  Et dans quelle mesure l’ont-ils inventé de manière individuelle ?  Et si la plupart l’ont appris à partir des autres, de quelle manière l’ont-ils appris ?

Les mésanges sont des oiseaux qui ne migrent pas à l’automne.  Elles passent l’hiver sur leur territoire et le rayon de déplacement n’excède pas une dizaine de kilomètres.  Pour ces raisons Fisher et Hinde proposent que la progression et l’étendue de ce phénomène en Grande-Bretagne, pourrait procéder en deux temps, à différents endroits.  D’une part, à plusieurs dizaines d’endroits différents, à différentes périodes, une découverte indépendante de cette nouvelle technique d’effraction par quelques inventeurs ou aventuriers qui ont réalisé soudain que déchirer la capsule avec leur bec leur donne accès à un trésor caché.  Et d’autre part, une transmission sociale rapide de ce comportement de proche en proche dans les populations locales de mésanges, sur chacun de ces territoires, puis d’un territoire à un autre.  Trois ans plus tard, en 1952, les deux chercheurs publient une étude complémentaire, indiquant que l’invention de ces comportements et leur adoption par le reste de la population, ne sont pas dus à un talent particulier des mésanges de Grande-Bretagne.  Leur étude révèle en effet, l’existence et la propagation du même phénomène en Suède, au Danemark et en Hollande.

Fisher et Hinde émettront l’hypothèse que la transmission sociale de ce comportement chez les mésanges résulte d’une observation et d’une imitation d’un voleur en train d’ouvrir une bouteille et de boire la crème.  Mais il n’exclut pas la possibilité que ce comportement ait pu se transmettre par la simple découverte par des mésanges encore naïves de bouteilles déjà ouvertes par des voleurs, après que le voleur se soit enfui.  Découvrir la trace de l’effraction, puis découvrir que sous la capsule déchirée il y a un trésor, pourrait suffire à apprendre qu’il suffit de déchirer la capsule pour découvrir dans chaque bouteille de lait fermée le même trésor.  Ce mode de transmission de comportement fondé sur une forme de déduction a beaucoup plus de probabilité de se répandre rapidement qu’une transmission fondée sur l’observation et l’imitation.  En effet, les bouteilles déjà ouvertes par un voleur sont relativement nombreuses.  Et donc la probabilité pour une mésange, d’en découvrir au petit matin, est importante.  En revanche, la probabilité de voir le voleur au moment même où il accomplit son forfait sera beaucoup plus faible.  Mais les mésanges sont-elles ou non capables d’apprendre à ouvrir les bouteilles de lait par simple déduction, en découvrant des bouteilles déjà ouvertes par d’autres mésanges ?  L’étude de Fisher et Hinde ne permettait pas de répondre.  Et les deux chercheurs concluent en disant que la réponse à cette question ne pourra être obtenue que par la réalisation d’expériences minutieusement contrôlées.

Trente-cinq ans vont s’écouler et en 1984, une réponse apparaît.  Une étude publiée dans la revue Animal Behavior par deux chercheurs canadiens, David Sherry et Bennett Galef.  Le titre de leur article est « Un exemple de transmission culturelle en l’absence d’imitation : l’ouverture des bouteilles de lait par des oiseaux ».  Sherry et Galef ont soigneusement exploré le mécanisme de transmission du comportement d’ouverture des bouteilles de lait chez de petits oiseaux d’Amérique du Nord qu’ils avaient capturés à l’âge adulte : des mésanges à tête noire.  Ils ont observé que lorsqu’ils mettent des mésanges à tête noire qu’ils ont capturées en présence d’une bouteille de lait fermée par une capsule, un quart des oiseaux ouvre spontanément la bouteille.  Sont-ils des inventeurs ?  Des explorateurs ?  Ou ce savoir leur a-t-il été transmis par d’autres oiseaux avant leur capture ?  L’étude ne permet pas de le dire.  Mais Sherry et Galef continuent l’expérience avec les deux tiers de mésanges qui n’essaient pas d’ouvrir les capsules lorsqu’elles sont en présence d’une bouteille de lait.  Et ils constatent que les mésanges peuvent apprendre rapidement à déchirer les capsules et à voler le lait, soit lorsqu’on leur donne la possibilité d’observer un voleur en train de voler, soit tout simplement, lorsqu’on les met en présence d’une bouteille déjà ouverte.  Et ces deux modalités d’apprentissage sont aussi rapides et aussi efficaces l’une que l’autre.

Ainsi, l’étude du comportement des mésanges à tête noire indique que le modèle de l’apprenti qui observe un maître n’est pas le seul mode d’apprentissage social chez les oiseaux.  Ce qu’indique l’étude de Sherry et Galef, c’est la diversité et la rapidité des modes d’apprentissage et de transmission de ce comportement nouveau une fois qu’il a été inventé par au moins un oiseau.  La rapidité de l’apprentissage, soit par l’observation et l’imitation d’un voleur de lait en train d’ouvrir une bouteille, soit par la simple observation de la bouteille une fois le forfait accompli et par la déduction spontanée, puis l’acquisition du comportement qui a permis d’accomplir le forfait.  Et comme je vous le disais tout à l’heure, étant donné la relative rareté de l’invention, un apprentissage par la découverte d’une bouteille déjà ouverte se répandra beaucoup plus vite qu’un apprentissage par la découverte d’un voleur en train d’ouvrir la bouteille.

 


Dans le sujet : Le Topic Environnement

Aujourd'hui, 10:46

Oui, j'écoutais ce matin… Qu'est-ce qu'il lui a mis à l'autre fumier de politique !


Dans le sujet : Mais où donc ? … les cartes du monde.

Hier, 19:46

Qwant invente Maps, une cartographie collaborative et personnalisée qui respecte la vie privée : https://chut.leschuc...tot-qwant-maps/


Dans le sujet : Violent Séisme Au Japon

Hier, 19:39

https://www.francetv...Do#xtor=CS2-765