Aller au contenu


Guillaume Champeau s'explique (Mise à jour le 27/10/2016)

Numérama

  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet
1 reply to this topic

#1 Neuromancien

Neuromancien

    Octozimien

  • Modérateur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 6 032 Messages :
  • Gender:Male
  • Location:Moselle

Posté 12 octobre 2015 - 18:11

Salut !

 

À travers un article où il dévoile un peu de sa vie personnelle, Guillaume Champeau explique les raisons qui  font qu'il confie son magazine :

 

Pourquoi j’ai confié Numerama au groupe Humanoid
 

 

Aujourd’hui s’ouvre un nouveau chapitre de ma vie, et surtout de la vie de Numerama. Et alors que je devrais me sentir anxieux, en réalité je ne me suis rarement senti si optimiste pour notre avenir commun. Car je sais que j’ai placé Numerama dans les meilleures mains qui soient en rejoignant le groupe Humanoid, qui a compris, respecté et voulu renforcer ce qui fait le caractère unique de ce média.

 


"Nous sommes des nains juchés sur des épaules de géants. Nous voyons ainsi davantage et plus loin qu'eux, non parce que notre vue est plus aiguë ou notre taille plus haute, mais parce qu'ils nous portent en l'air et nous élèvent de toute leur hauteur gigantesque." (Bernard de Chartres, XIIe siècle)


#2 Neuromancien

Neuromancien

    Octozimien

  • Modérateur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 6 032 Messages :
  • Gender:Male
  • Location:Moselle

Posté 27 octobre 2016 - 10:51

Ben voilà : Guillame Champeau quitte Numerama

 

Si je recopie le texte in extenso, c'est parce que c'est un message signalé sur la rivière qui redirige vers FB et je ne tiens pas a promouvoir ce média.

 

 
Au revoir Numerama, et merci pour tout <3
 
 
Il y a près de 15 ans, j’ai fondé Numérama pour y défendre chaque jour les valeurs qui sont les miennes, pour les libertés et l’égalité dans l’univers numérique. J’ai eu la chance de réussir à continuer à diriger Numerama jusqu’à l’an dernier, et de trouver à qui le transmettre pour assurer sa continuité quand il était devenu trop difficile pour moi de le porter.
Mais à partir du 1er novembre 2016, Numerama vivra et continuera sans moi Le succès d’audience est là., je n’ai plus d’inquiétude sur sa pérennité. J’ai toute confiance dans l’équipe en place pour faire que Numerama continue à séduire de nouveaux publics. Elle sait qu’elle peut compter sur mes conseils s’ils étaient nécessaires. Il est aussi probable que je signe épisodiquement quelques éditoriaux, quand l’actualité les inspireront.
Si je choisis de quitter la maison que j’ai bâtie, c’est parce que j’ai la chance de partir avec bonheur ouvrir un tout nouveau chapitre de ma vie professionnelle, dans lequel je pourrai continuer à défendre mes valeurs, d’une toute autre manière. Je pose mon tablier de journaliste pour enfiler un nouveau costume, que je vous présenterai dans les prochains jours.
J’en suis terriblement impatient parce que le projet que je rejoins très bientôt m’offre une opportunité formidable de promouvoir des solutions concrètes à la protection d’une éthique numérique, respectueuse de la vie privée des citoyens, et de leur droit à s’informer et à être informé de façon neutre et indépendante.
En attendant, je veux remercier ici toutes celles et ceux qui m’ont soutenu et accompagné dans ce long et passionnant parcours, dont je ne peux pas écrire qu’il était juste « professionnel ». Il était tellement, tellement plus que ça. Je ne vous l’ai pas assez dit, voire jamais dit pour certains, mais sans vous je n’aurais pas pu réussir. Merci Cédric, Erwan, Guillaume, Julien, Mathieu Pascal, Gart, Julie, Isabelle,Alban, Alain, Lilian… Merci à tous ceux qui à un moment ou à un autre, parfois très longtemps, parfois ponctuellement, m’ont apporté leur aide et leur soutien. Tous, dont je serais bien incapable de citer la très grande liste, vous avez fait Numerama. Merci aussi bien évidemment, et en premier lieu, aux lecteurs silencieux et anonymes qui m’ont témoigné de leur confiance et leur fidélité pendant toutes ces années. Dans les moments de doute, c’est à vous que je me raccrochais. Merci enfin et surtout à mon épouse, qui m’a tant aidé, et si bien soutenu dans les moments les plus difficiles. Cela en valait la peine.
Je veux aussi avoir un mot pour ceux et celles d’entre vous qu’il me serait trop facile d’oublier, que j’ai pu parfois heurter ou exaspérer, qui attendaient de moi un soutien, une rigueur, une précision, une réponse, une réaction, une attention, que je n’ai pas toujours su avoir ou donner. Je sais que par moments j’ai pu en décevoir certains, ou donner l’impression de ne pas entendre leurs critiques. J’espère qu’ils sauront me le pardonner. Vous aussi, vous m’avez forgé. Et vous aussi, je veux vous remercier. Vous n’avez pas seulement aidé Numerama, vous m’avez poussé moi, à devenir meilleur. Ca me sera très utile pour la suite de mon chemin.
Je n’ai aucun doute que je continuerai à y croiser la plupart d’entre vous, et j’en aurai grand plaisir. C’est un au revoir à Numerama, bien sûr très chargé en émotions, à qui je souhaite le plus sincèrement du monde une très longue et très belle vie. C’est aussi un au revoir au journalisme, peut-être définitif. Mais ce n’est assurément pas un au revoir à tout ce que nous avons défendu ensemble, et que nous continuerons de défendre. C’est tout le contraire.
Au revoir, merci pour tout, et à très bientôt. <3

 

 

"Nous sommes des nains juchés sur des épaules de géants. Nous voyons ainsi davantage et plus loin qu'eux, non parce que notre vue est plus aiguë ou notre taille plus haute, mais parce qu'ils nous portent en l'air et nous élèvent de toute leur hauteur gigantesque." (Bernard de Chartres, XIIe siècle)




1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)