Aller au contenu


noisette

Inscrit(e) : 25 avril 2007
Hors-ligne Dernière activité : Aujourd'hui, 17:09

Messages que j'ai posté

Dans le sujet : Raz le bol !

16 mai 2022 - 06:26

Prix du pain : la sécheresse va-t-elle nous mettre dans le pétrin ?

 

 

https://www.francetv...in_5131639.html

 

L'occasion pour au moins deux boulangers sur trois de retourner à l'école apprendre à faire du pain.

 

 

 

Parce que les gros nuls dont le métier consiste à faire cuire des pâtons congelés, et en général trop peu, ou à faire décongeler des gâteaux industriels, ça commence à bien faire. Des pingouins ne feraient pas pire (les manchots ne peuvent de toute façon pas pétrir).

 

 

 

L'occasion aussi, si on se fonde sur le prix du pain, de voir que depuis 30 ans, l'inflation annuelle se situe entre 5 et 10 % par an, environ 7% en moyenne,

 

autant dire que l'INSEE se fout bien de notre poire.

 

 

 

Établir un indice fondé sur une prétendue consommation des ménages, quand 10% des ménages les plus riches consomment plus que les 50% les plus pauvres, sur des produits presque exclusivement différents, c'est VRAIMENT prendre les gens pour des cons. Doublement, même, puisque c'est en leur nom, et avec leur pognon, ou plus exactement, avec ce qu'il en reste.

 

 

 

D'autant qu'à ces manipulations concernant les prix, ces mystifications même, s'ajoutent le creusement des inégalités sociales concernant les revenus.

 

 

En vérité, la seule information fiable de cet indice de l'INSEE, c'est celle de la mesure de l'ignorance et la passivité politiques des gens, qui tolèrent son existence, pire: sa légitimité ou sa représentativité.


Dans le sujet : F-secure Freedome VPN - Licence Gratuite 6 mois

08 mai 2022 - 06:35

Arf, vous trouvez le moyen de vous accrocher alors que nous sommes en mort cérébrale ou presque :transpi:

 

 

 

Un mot sur la gratuité.

 

Si c'est gratuit, c'est toi le produit : cette phrase choc est à répéter autant que possible, salubrité publique etc.

 

Toutefois, il existe une variante, et je me demande si nous ne sommes pas dans le cas de cette variante  aussi:

 

si c'est gratuit, c'est quelqu'un d'autre qui paye.

 

 

Il n'y a pas d'argent magique, comme le dit notre saint protecteur des voleurs et prestidigitateurs à tendance pic-pocket, quand ils sont puissants (200 milliards sur 5 comptes en banque en deux ans ...).

 

 

 

Un produit gratuit peut être un produit payé par ceux qui l'ont acquis en version payante, ou avec des services complémentaires.

 

 

Exemple: les pages jaunes. Ce service public et gratuit est financé par ce que solocal vend par ailleurs,

 

soit des produits techniques sur-facturés au regard de ce qu'ils sont vraiment, soit des produits commerciaux du même tonneau, voire pire.

(j'ai pu constater qu'une commerciale de chez eux a vendu le service gratuit à une personne facile à tromper)

 

Qui paye la fiche gratuite du plombier A ?

 

La revente des données du trafic sur sa fiche ? Pas du tout, on est bien loin du compte.

 

Réponse: le plombier B qui, en supplément de sa fiche gratuite, a souscrit en plus à : un site internet, de la SEO plus ou moins dérisoire, des mots-clés ou apparitions multipliées payantes dans les pages jaunes.

 

On exploite ou vend difficilement des données que l'on a pas... et une fiche parle moins que plusieurs fiches, qu'un site ou une boutique ...

 

 

 

La simplicité du constat ne garantit pas qu'il soit fait, même par des gens qui se pensent au fait de ces pratiques.

 

 

J'ai croisé il y a peu un pseudo gourou, qui ose mettre "sorcier" dans son titre de carte de visite, et qui ne voit rien passer même sous ses yeux: 10 ans de retard. Obnubilé par le vol de données, il en oublie le commerce foireux.

 

C'est que l'exploitation des données et des gens n'est pas du tout une garantie d'auto-suffisance. En tout cas pas pour tout le monde, et une posture du type hooligan ultra-libéral et décomplexé n'y change rien.

 

Même google ne vit pas uniquement de cette activité de trafic transparent et invisible des données.

 

:diabolo:

 

 

Enfin, un produit gratuit peut aussi être un échantillon, le vrai produit, sans limitation sinon d'être en petite quantité, un vrai appel à l'achat,

 

avec en plus la possibilité d'avoir des échantillons à coût quasi-nul (il y a très peu de matière, d'énergie et de travail humain derrière ces mises à disposition).

 

 

 

 

 

En ce qui concerne les produit de sécurité  informatique, le plus souvent, on doit avoir à faire à ces trois facettes à la fois.

 

 

Vous souscrivez à l'essai gratuit en donnant des données personnelles et de navigation. Toutes ces opérations sont en très grande partie financées par les clients, et si vous êtes nouveau client, vous financerez les prochaines.Tout cela est accompagné d'une démarche commerciale plus classique, consistant à faire goûter le fromage, le chocolat, ou le vin, le VPN ou l'anti-virus, comptant sur l'effet que cela fera sur le potentiel client.


Dans le sujet : Le Topic Environnement

03 mai 2022 - 09:41

Comment décarboner la production de ciment et d’acier
 
Il est crucial de réduire les émissions de CO2 liées à la production de ces deux matériaux massivement utilisés dans le monde. Revue des pistes existantes.

 
https://www.pourlasc...acier-23728.php
 
Cet article est intéressant à relever (peut-être même plus qu'à lire), car il révèle des approches qui, si elles ne sont pas mauvaises en elles-mêmes (elles sont même tout à fait louables), peuvent le devenir :

  • si elles font penser que l'acier et le béton sont comparables en terme de questions environnementales,
  • si elles font oublier que le plus urgent, c'est surtout d'utiliser d'autres matériaux.

 

Le béton est de loin le plus problématique.

 

 

 

 

 

 

Climat : coup de chaud sur les hêtres

 

La croissance des hêtres pourrait diminuer de 20 à 50 % d’ici à 2090 sauf en Scandinavie et dans les montagnes d’Europe centrale, selon une modélisation reposant sur soixante ans de données climatiques.

 

 

https://www.pourlasc...etres-23618.php

 

Je ne trouve pas un mot sur la disparition actuelle des bouleaux,

 

du Centre de la France au Pas de Calais, en passant par toute l'Ile de France, pas un bois épargné, pas une forêt sans 80% des bouleaux à terre, le tronc cassé à la façon cure-dent.

 

Je ne donne pas cher des 20% qui restent: il faut espérer que certains individus seront plus résistants, ou que les jeunes arbres passeront mieux le cap.

 

C'est sans doute pareil en élargissant les territoires que j'ai cités.

 

Même pas besoin d'aller dans la nature, il suffit de regarder leur état le long des autoroutes.

 

 

Un champignon est responsable : le polypore.

 

piptoporus-tronccasse.jpg

 

Cette excellente présentation date de 2016

 

https://www.zoom-nat...r-des-bouleaux/

 

 

 

Je suis très étonné qu'aucun media même environnemental ou forestier, n'aborde cette catastrophe.

 

 

Sujet abordé il y a un an :

https://infomars.fr/...=34#entry122496

La situation s'est aggravée depuis, très largement.


Dans le sujet : Ukraine 2015 et plus !

26 avril 2022 - 07:04

Cinq ans plus tard, la situation a bien changé.

 

L'historique de Txon montre quelle erreur ce fut de sous-estimer l'effet du développement de thèses et de comportements fascistes, nazis, dans l'est de l'Europe, sans que nous européens prenions des distances, si ce n'est quelques paroles, ou de petites sanctions purement de façade, sans effet réel (et de toute façon limitées à l'UE, donc ne touchant ni l'Ukraine ni la Russie).

 

Quelle erreur ce fut également de laisser se développer ces factions fascistes, de les laisser exercer une violence inouïe en temps de paix contre les minorités russophones, à l'origine de presque 14000 morts (dont plus de 3000 civils) en 7 ans,

 

sans regarder ce qui motivait les combats, et surtout, sans chercher  à vérifier que les engagements pris (accords de Minsk) soient respectés, ou même vaguement envisagés.

 

 

 

 

On s'est dit que ça passerait.

 

 

 

 

Où sont  nos chers et valeureux stratèges pour nous expliquer leur façon de voir d'alors ?

 

Prendre le risque d'une guerre mondiale, pour ce qui représente deux ou trois départements, acquis par ailleurs à la sphère russophone,

 

faire du chantage face à poutine, le vouant au dédain perpétuel, à ce qu'il ne pouvait ressentir que comme de l'humiliation sans issue, en se disant qu'il n'osera pas prendre le risque d'un embrasement même régional, et encore moins d'une dérive vers l'utilisation d'armes non-conventionnelles, voire "interdites",

qu'il ne s'y risquerait pas,

mais quelle bandes d'abrutis (seul M.Tout-Le-Monde pourrait faire passer cela pour de l'inconscience).

 

Cette matière grise, un brin puante, reste totalement exempte d'explications à donner (je ne parle pas de comptes à rendre - on peut se tromper mais il faut le dire, surtout quand ça apporte en clarté et en capacité à réagir avec discernement, c'est à dire avec s'il faut, tous les regrets du monde). Il est toujours aussi vrai qu'en France, la politique extérieure ne regarde pas le citoyen. Sauf s'il faut servir...

 

Rien ne peut empêcher de penser que poutine y serait allé de toute façon, mais on tombe là dans des supputations que la gravité des faits rend navrantes et inacceptables.

 

 

De toute façon, il est trop tard: nous ne pouvons pas refaire le passé.

 

 

 

 

Reste la situation actuelle.

 

 

 

Comment se fait-il que à chaque nouvelle vague russe d'agressions, nous puissions sortir de nouvelles sanctions économiques ? Nous ne les avons pas toutes déjà prises ?

 

Que faudra-t-il attendre pour couper les ponts tout à fait et prendre la mesure de ce qui nous attend bientôt ?

 

Continuerons-nous à importer du gaz russe quand poutine aura fait utiliser ses armes chimiques ou nucléaires en Ukraine ?

 

 

C'est quoi, la limite ?

 

 

 

 

 

 

Ce que je crains, dans tout cela, c'est qu'à court ou moyen terme, il ne nous reste plus que l'effet de surprise et de sidération ...

 

 

 

Autrement dit, préparons-nous à enjoliver notre obéissance au chantage d'un fou au pouvoir, et de son peuple. Et de leur culture politique.

 

 

 

 

 

Car ça aussi, il faudra bien l'aborder: le rôle des russes en tant que peuple dans ce qui advient aujourd'hui.

 

 

Hitler n'a rien fait tout seul, Mussolini non plus. Il n'y a pas de raison d'excuser le peuple russe de ce qu'il permet, de ce qu'il promeut, de se qu'il fait ou laisse faire,

 

dans son ensemble, il devra répondre du comportement de son pays.

 

 

 

 

 

 

 

 

N.B: je plains les opposants russes tout comme nous pouvons plaindre les allemands non nazis en 39, ça va de soi mais ne permet pas d'éluder la question de la responsabilité collective.

 

Ce qui est certain, c'est que pour un russe ou un ukrainien aujourd'hui, il est question de mettre sa vie en balance. Sa vie.

 

Lutter contre le pouvoir en Russie, passer en Ukraine pour lutter contre l'armée russe, c'est prendre le risque de voir le cours de sa vie stoppé net. Les pères de famille, pour ne citer qu'eux, vivent un calvaire. Est-on plus protecteur en allant se battre ou en restant en protection de ses proches ? Est-on plus utile mort ?

 

Pour les individus, c'est effectivement un calvaire.

 

 

Pour certains d'entre eux, l'occasion d'une grosse remise en question, si ce n'est pas cela qu'ils voulaient...


Dans le sujet : y a des vélos…

23 avril 2022 - 09:19

J'espère que les infrastructures suivront.

 

Non loin de chez moi (si j'en parle, c'est qu'à mon avis, c'est assez répandu), une piste cyclable a été tracée, une dans chaque sens de circulation, directement sur la voie, superposée à la voie je dirais. Ce n'est pas satisfaisant du tout.

 

Le seul point positif que je vois à cette manière de faire, c'est d'avertir les conducteurs de véhicules motorisés qu'ils doivent partager la voie avec les cyclistes.

 

Mais c'est déjà le cas implicitement, sans marquage au sol particulier. Et des panneaux feraient tout aussi bien l'affaire.

 

Du coup, je me demande aussi ce qu'il se passe juridiquement si un cycliste est renversé par une voiture en dehors de la zone marquée. J'ai bien peur que les cyclistes s'en sortent plus exposés que protégés...

 

De plus, cette façon de faire peut freiner la recherche de solutions réelles de développement des pistes cyclables, et de protection ou séparation des cyclistes des véhicules motorisés, du partage de l'espace urbain dans de bonnes conditions.

 

Bref, une fausse bonne solution à mon avis.

 

 

 

Pour le nombre de vélos, leur fabrication et/ou assemblage en france ce sont de chouettes nouvelles de toute façon. :)