Aller au contenu


Skype : enquête !


  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet
4 replies to this topic

#1 Txon

Txon

    AïoligaToR

  • Administrateur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 10 854 Messages :
  • Gender:Male

Posté 14 mars 2014 - 05:37

Salut !

 

Skype, propriété de Microsoft, est devenu une des applications les plus à craindre. Ne pensez pas une seconde que notre pléthorique gouvernement et nos si chers (coûteux) élus s'en inquiètent.

A part peut-être notre sinistre des gros sous. N'est-ce pas lui qui aurait poussé les services de la Taubira à s'intéresser de plus près à ce redoutable outil de communication ?

 

Selon L’Express, le procureur de la République de Paris, François Molins, a ordonné l’ouverture d’une enquête préliminaire à l’encontre de Skype, aujourd’hui dans le giron de Microsoft. « La Brigade de répression de la délinquance aux personnes s’occupe de ce dossier », confirme le parquet à nos confrères de ITespresso. En cause : un présumé manquement à ses obligations liées à son statut d’opérateur télécoms. Et c’est bien là que le bât blesse car Microsoft considère que Skype doit être simplement considéré comme un logiciel de téléphonie sur Internet.

L’affaire est sérieuse pour l’éditeur, car elle relève du pénal. Toujours selon L’Express, le début des crispations remonte à 2007. L’Arcep exigeait déjà à l’époque que Skype remplisse le formulaire de déclaration d’opérateur de communication électronique (conformément à l’article L. 33-1 du Code des postes et des communications électroniques). La pression s’est accentuée l’an passé avec la transmission du dossier à la justice. « La méconnaissance de cette obligation constitue une infraction pénale », argue l’Arcep.

Skype, un opérateur télécom comme un autre ? La France enquête (La rédaction .. Silicon.fr .. 12 février 2014)
 

 

Rappelons que Skype fait également l’objet d’une enquête du commissaire luxembourgeois chargé de la protection des données. Ce dernier cherche à éclaircir l’implication présumée du service de téléphonie sur Internet dans le programme américain de cyber-espionnage de la NSA.

 

@+


"They who can give up essential liberty to obtain a little temporary safety, deserve neither liberty nor safety."(Benjamin Franklin)


#2 noisette

noisette

    Webmarster

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 20 887 Messages :
  • Gender:Male

Posté 14 mars 2014 - 07:21

Doit-on comprendre que les services secrets français n'utilisent pas Skype ?

 

Quand je dis "utilisent", je pense à une utilisation consistant à utiliser la backdoor pour espionner les gens qui les paient, c'est à dire nous.



#3 Txon

Txon

    AïoligaToR

  • Administrateur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 10 854 Messages :
  • Gender:Male

Posté 14 mars 2014 - 12:33

Doit-on comprendre que les services secrets français n'utilisent pas Skype ?

 

Quand je dis "utilisent", je pense à une utilisation consistant à utiliser la backdoor pour espionner les gens qui les paient, c'est à dire nous.

Tu fais bien de soulever ce point !

 

Il se pourrait que les services secrets français n'aient pas été invités à la fête de l'espionnage via Skype. Comme ils n'arrivaient pas à "craquer" Skype, ils l'ont d'abord fait interdire dans les universités et les centres de recherche (2008).

Maintenant la tentative d'obliger Skype à être déclaré "opérateur de télécommunications électroniques" pourrait bien avoir deux objectifs ..

.. se plier aux lois répressives sur l'espionnage d'état et donc permettre aux services français ce que Microsoft permet à la NSA,

.. être soumis aux déclaration fiscales et impôts qui correspondent.

 

@+
 


"They who can give up essential liberty to obtain a little temporary safety, deserve neither liberty nor safety."(Benjamin Franklin)


#4 noisette

noisette

    Webmarster

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 20 887 Messages :
  • Gender:Male

Posté 14 mars 2014 - 12:43

J'ai tout de même l'impression que la france, et dans une autre mesure l'europe, tentent d'amener les discordes sur le terrain du droit et du portefeuille,

 

n'ayant d'autres recours, face à des voyous, organisés aussi bien en états qu'en multinationales, je dis voyous mais ce sont des criminels, bref,

 

on peut toujours ouvrir notre boite à reproches, en face ils s'en foutent comme de l'an 40.

 

Alors on tente de les amener sur le terrain du pognon,

 

 

 

mais attention: les usa, qui se prétendent les champions du libéralisme, sont surtout les champions de ce qu'ils dénoncent, le protectionnisme, il y aura un revers de bâton.

 

(ceci dit, moi je suis pour la politique des pieds dans le plat, spoliation des biens à chaque non-paiement, virage de dirigeants à coup de weston dans le cul, les pieds dans le plat).



#5 Txon

Txon

    AïoligaToR

  • Administrateur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 10 854 Messages :
  • Gender:Male

Posté 15 mars 2014 - 12:21

J'ai tout de même l'impression que la france, et dans une autre mesure l'europe, tentent d'amener les discordes sur le terrain du droit et du portefeuille,

 

n'ayant d'autres recours, face à des voyous, organisés aussi bien en états qu'en multinationales, je dis voyous mais ce sont des criminels, bref,

 

on peut toujours ouvrir notre boite à reproches, en face ils s'en foutent comme de l'an 40.

 

Alors on tente de les amener sur le terrain du pognon,

Le problème est qu'il n'est pas possible d'attaquer directement (de front) les produits dangereux comme Skype alors même qu'ils sont utilisés par des millions d'internautes.

Les mises en garde faites sur de sites comme Infomars n'ont en réalité que peu d'effet auprès des "michus" qui n'ont "rien à cacher". Seuls les lecteurs tant soit peu avertis naviguent dans nos eaux limpides et chercheront à faire machine arrière. Quand à l'état, il s'en foutra jusqu'au jour ou les échanges entre gouvernants et/ou parlementaires/politicards seront rendus publics par un quelconque "hacker".

 

Le racket financier légal est forcément plus lucratif que des luttes pratiquement perdues d'avance. Le droit et les la chasse aux gros sous sont plus faciles à mettre en place pour lutter contre ces parasites que sont Microsoft/Skype, Google etc. N'est-ce pas par ce biais que Al Capone a été épinglé ?

 

@+
 


"They who can give up essential liberty to obtain a little temporary safety, deserve neither liberty nor safety."(Benjamin Franklin)




1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)