Aller au contenu


Manipulation sémantique, manipulation politique


  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet
19 replies to this topic

#1 noisette

noisette

    Webmarster

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 006 Messages :
  • Gender:Male

Posté 11 octobre 2015 - 08:58

Manipulation sémantique, manipulation politique

 

 

Imaginez:

vous aimez la tarte aux pommes.

Et puis un jour, vous changez de goût, et cette tarte aux pommes que vous aimiez tant vous devient désagréable, et vous finissez par ne plus l'aimer.

Dans le même temps, vous vous mettez à apprécier de plus en plus la tarte aux poires, que jadis vous n'appréciez pas.

 

Votre conclusion est sans appel: les poires sont des pommes, les pommes ne sont plus des pommes, la tarte aux pommes n'est pas une tarte aux pommes, et puis voilà. Surtout: ne pas dire que vous avez changé de goûts.

 

C'est absurde ?

 

Je suis bien de cet avis !

 

 

 

Maintenant, regardons du côté du parti socialiste ...

 

Absurde ?

 

 

Sémantiquement, absurde, absolument absurde.

 

Un pouvoir libéral, élitiste, des frontières fermées, des lobbies écoutés, le peuple mené à coups de 49-3, des lois fourres-tout au pouvoir opacifiant et stupéfiant, des médias dévoyés, un état qui assume de moins en moins la santé de ses citoyens, qui assume de moins son éducation, un pouvoir qui tend à donner un statut délinquant à toute opposition réelle, qui piétine engagements et démocratie, et j'en passe ...

 

Alors quoi ?

 

 

Quel intérêt de vouloir se ranger sous une bannière à laquelle non-seulement on ne croit pas ou plus, pour laquelle on a de l'aversion voire du mépris ?

 

 

 

 

Le coup d'état mou.

 

 

 

 

L'idée sous-jacente, c'est d'occuper un terrain.

 

Un indice fort: rebaptiser le parti socialiste n'est tout simplement plus au programme de ses idéologues. Ce n'est pas anodin.



#2 noisette

noisette

    Webmarster

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 006 Messages :
  • Gender:Male

Posté 11 octobre 2015 - 09:57

La tendance forte actuelle consistant à surveiller toujours plus étroitement les gens, à travers leurs objets, avec un contrôle de plus en plus éloigné du quidam, autant techniquement que juridiquement et politiquement, cette tendance en dit long sur la sérénité avec laquelle les promoteurs du coup d'état mou envisagent l'acceptation des citoyens de leur sort actuel et futur.

 

Ce serait une politique sécuritaire. De la sécurité de qui s'agit-il alors prioritairement ? Et contre qui ?

 

Les faits parlent d'eux-mêmes.



#3 noisette

noisette

    Webmarster

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 006 Messages :
  • Gender:Male

Posté 11 octobre 2015 - 10:03

Le coup d'état mou n'est à première vue pas une construction unilatérale.

 

 

Il a néanmoins besoin d'une opposition de façade.

 

 

La véritable opposition sera quant à elle tolérée tant qu'inoffensive, tant que sa possibilité d'expression restera un levier de manipulation et de contrôle. Elle sera comme effacée sinon.



#4 EboO

EboO

    le lavaboO ^^'

  • Modérateur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 769 Messages :
  • Gender:Male

Posté 11 octobre 2015 - 14:09

Bonne analyse. J'ai ce sentiment de dérive de la gauche moi aussi.
Où plus le temps passe et plus l'aspect social est sacrifié.

"Il ne faut pas compter sur ceux qui créent les problèmes pour les résoudre". Albert Einstein
"La nature ne fait rien en vain, et le plus est vain quand le moins suffit". Isaac Newton


#5 noisette

noisette

    Webmarster

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 006 Messages :
  • Gender:Male

Posté 31 octobre 2015 - 11:32

Cela a justement fait l'objet d'une manipulation sémantique, et politique, une autre ...

 

La manipulation en question concerne le mot "libéral".

 

Son fonctionnement est simple: systématiquement associer le mot "libéral", ou "libéralisme", à un système d'échanges simple.

 

Comme si avant l'invention du mot libéralisme, les humains n'avaient jamais échangé. Comme si de l'échange naissait nécessairement le libéralisme. Que ce n'était rien de plus.

 

 

Difficile, dans ce cas, d'être anti-libéral sans être taxé de passéiste, ou d'utopiste, ou encore des deux.

 

 

 

 

Parallèlement, une autre manipulation sémantique, et politique, une autre ...

 

Toute opposition de gauche, opposée au libéralisme réel, quelque soit la mesure de son opposition, sera taxée du qualificatif "extrême". Extrême gauche.

 

C'est ainsi que sur un plan idéologique, on discrédite une pensée humaniste, progressiste, socialiste. Et que au passage, on range tout ça soigneusement sur un même plan que ceux qui, de l'autre côté de la balance, prônent la discrimination, voire la déportation.

 

 

 

 

À travers tout ces glissements, on joue sur les représentations, y compris et jusqu'à celles de nos capacités à réagir.



#6 noisette

noisette

    Webmarster

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 006 Messages :
  • Gender:Male

Posté 07 novembre 2015 - 15:40

Quand le mot "libéral" dévoile malgré tout quelques dangers à être utilisé, il lui sera préféré le mot "réaliste". Il contient en lui-même une disqualification implicite de toute contradiction ainsi qu'une allusion en creux à des rapports de force qu'il faudrait respecter.

Ce réalisme, c'est celui qui mène à une société dans laquelle une poignée règne sur des millions de vies. Ce réalisme, c'est l'acceptation-même de l'idée qu'une société ne peut qu’amener à ce qu'une poignée règne sur des millions de vies.

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la même veine: le "pragmatisme".

 

Attendons-nous également à devoir défendre "responsable".

 

Si possible avec plus d'efficacité que "républicain".



#7 noisette

noisette

    Webmarster

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 006 Messages :
  • Gender:Male

Posté 28 mars 2016 - 09:24

Eloi Laurent : "En 40 ans, aucune baisse du chômage n'a jamais été liée à la flexibilité"

 

 

Economiste, professeur à Sciences Po et à Stanford, Eloi Laurent s'attache, dans son nouvel ouvrage*, à déconstruire quinze "mythes économiques".
* Nos mythologies économiques (Les Liens qui libèrent)

 

 

http://www.franceint...-la-flexibilite



#8 noisette

noisette

    Webmarster

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 006 Messages :
  • Gender:Male

Posté 16 mai 2016 - 08:02

La transparence, l'autre nom de l'opacité ...
 
 
 
La transparence: voilà un mot à la mode ! La transparence: un mot qui colonise les discours !
 
Nous serions petit à petit transportés dans un monde où la transparence fait règle.
 
 
Pourtant ...
 
 
à bien y regarder, cette transparence qui accompagne nos existences chaque jour un peu plus, cette transparence qui devient jusqu'à un devoir, par quoi est-elle assurée ? Par qui est-elle assurée ?
 
 
La transparence est l'état d'existence du quidam dans un monde où l'opacité règne.
 
 
 
 
Opacité par secret, opacité par algorithme,
 
opacité légale, opacité par protection,

opacité par hiérarchie,
 
opacité par éclatement, par complexification ...
 
 
 
 
Nous ne saurons rien de qui nous force à la transparence, ni du comment.
 
 
En revanche, le pourquoi est assez facile à comprendre.

#9 noisette

noisette

    Webmarster

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 006 Messages :
  • Gender:Male

Posté 12 mars 2017 - 21:22

Quand le mot "libéral" dévoile malgré tout quelques dangers à être utilisé, il lui sera préféré le mot "réaliste". Il contient en lui-même une disqualification implicite de toute contradiction ainsi qu'une allusion en creux à des rapports de force qu'il faudrait respecter.

Ce réalisme, c'est celui qui mène à une société dans laquelle une poignée règne sur des millions de vies. Ce réalisme, c'est l'acceptation-même de l'idée qu'une société ne peut qu’amener à ce qu'une poignée règne sur des millions de vies.

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la même veine: le "pragmatisme".

 

Attendons-nous également à devoir défendre "responsable".

 

Si possible avec plus d'efficacité que "républicain".

 

 

Une variante toute récente: la maturité.

 

 

Mûrir, qui prend la place de se soumettre spontanément.



#10 vigen

vigen

    Hardcore Papa

  • Tonton Flingueur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 6 439 Messages :
  • Gender:Male
  • Location:Normandie

Posté 12 mars 2017 - 21:38

Merci pour ce sujet, je ne l'avais pas encore vu !! :yes:



#11 Ahimsa spirit

Ahimsa spirit

    Touriste Martien

  • Eminence Verte
  • PipPipPipPipPip
  • 244 Messages :
  • Gender:Male

Posté 14 mars 2017 - 15:37

Ces mots qui font accepter l'inacceptable...

 

https://www.monde-di...5/05/BRUNE/6268



#12 vigen

vigen

    Hardcore Papa

  • Tonton Flingueur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 6 439 Messages :
  • Gender:Male
  • Location:Normandie

Posté 14 mars 2017 - 18:32

Ces mots qui font accepter l'inacceptable...

 

https://www.monde-di...5/05/BRUNE/6268

 

Merci pour le lien :yes:



#13 noisette

noisette

    Webmarster

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 006 Messages :
  • Gender:Male

Posté 15 mars 2017 - 19:38

Belle trouvaille, effectivement. Merci !



#14 noisette

noisette

    Webmarster

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 006 Messages :
  • Gender:Male

Posté 23 mars 2017 - 18:03

On entend de certains qu'ils s'engagent dans la société civile.

 

Dans la bouche de ces promoteurs, civil s'oppose à politique.

 

Moi qui croyait que civil, ça s'opposait à militaire.



#15 noisette

noisette

    Webmarster

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 006 Messages :
  • Gender:Male

Posté 30 avril 2017 - 08:35

Le prélèvement à la source,

 

voilà une expression très simple à comprendre, imagée, tout le monde la comprend.

 

 

 

De quoi s'agit-il ? Du mode de prélèvement de l'impôt sur le revenu.

 

Uniquement de ça.

 

 

Ce mode de prélèvement n'a rien en lui-même de problématique (on sait l'importance des impôts pour faire société), c'est juste un mode de prélèvement, une façon de s'organiser, pas de problème.

 

 

Cependant, revenant au mot "source" de cette expression, on se dit qu'il s'agit du salaire du salarié, et donc de sa force de travail.

 

 

Ce ne serait pas les bénéfices de l'entreprise qui seraient la "source", et encore moins les dividendes des actionnaires éventuels, non, ce serait la force de travail du salarié.

 

 

Inversons simplement les rapports de force sémantiques:

 

Quand est-ce que les salariés désireront enfin se payer à la source ? A la leur.



#16 noisette

noisette

    Webmarster

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 006 Messages :
  • Gender:Male

Posté 22 novembre 2018 - 07:31

Le message à la mode: l'accompagnement.

 

Le gouvernement veut accompagner les ménages, accompagner les demandeurs d'emploi, etc.

 

Accompagner. Ça ne manque pas de sel.



#17 EboO

EboO

    le lavaboO ^^'

  • Modérateur
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 4 769 Messages :
  • Gender:Male

Posté 22 novembre 2018 - 20:48

Ça prend le sens d'une perte d'autonomie.

"Il ne faut pas compter sur ceux qui créent les problèmes pour les résoudre". Albert Einstein
"La nature ne fait rien en vain, et le plus est vain quand le moins suffit". Isaac Newton


#18 Allain

Allain

    Voyageur de l'espace

  • Zimien
  • PipPip
  • 19 Messages :
  • Gender:Male

Posté 27 novembre 2018 - 13:45

Mais est-ce que c'est vraiment l'accompagnement comme on l'espère?



#19 Drannoc

Drannoc

    Deimosien

  • Zimien
  • PipPipPipPipPipPip
  • 455 Messages :
  • Gender:Male

Posté 30 novembre 2018 - 20:27

Moi, j'veux pas qu'on m'accompagne. J'veux qu'on me lâche la grappe !


jHKf.png


#20 noisette

noisette

    Webmarster

  • Admin
  • PipPipPipPipPipPipPipPipPip
  • 21 006 Messages :
  • Gender:Male

Posté 01 décembre 2018 - 06:10

Bah va leur dire à ces gros connards, et bon courage pour passer les cordons de sécurité. :ga:





0 utilisateur(s) en train de lire ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)